une vie au service du roi.jpg

Philippe Dulac, avec la collaboration de Marie de Lestapis

Une vie au service

du Roi 

D’Yauville, Commandant de la Vènerie de Louis XV

Illustré de nombreuses reproductions en couleurs, notamment d’œuvres de Jean-Baptiste Oudry.

In-8, 17 x 24 cm, broché, 292 pages.

39 €

Capture_modifié.png

Pendant cent trente ans, Versailles fut un monde. Ce monde était fait non seulement par les Rois et les Reines, les grands de la cour et les artistes de renom, mais aussi par de très nombreux personnages de coulisse sans lesquels Versailles n’aurait pu devenir porteur d’une civilisation.

Parmi ces personnages, toujours discrets mais exerçant avec talent des métiers qui contribuaient au prestige de la royauté triomphante, il y eut en particulier des veneurs.

Au nombre de ces veneurs de profession, Jacques Le Fournier d’Yauville est certainement le plus connu. Il a servi la vènerie royale pendant 56 ans. Il l’a commandée pendant plusieurs décennies, durant la seconde moitié de sa carrière. Il a reçu du Roi un titre qu’il est le seul à avoir porté au temps de Versailles: Premier veneur. Il est enfin demeuré célèbre par la publication, quelques années après sa mort, en 1788, d’un Traité dont un veneur renommé disait avec raison : « Si l’on ne devait garder qu’un seul traité de vènerie parmi tous ceux qui ont été écrits, c’est celui-là que je conserverais ».

C’est au personnage, à la fonction qu’il a exercée avec constance, au rôle marquant qu’il a joué dans la machine de Versailles que cet ouvrage est consacré. A travers l’ascension d’un jeune et brillant veneur, nous pénétrons l’intimité du Grand chenil de Versailles, nous suivons les déplacements annuels de la Vènerie Royale à Saint-Germain, Rambouillet, Compiègne, Sénart et Fontainebleau, nous observons d’Yauville proposer pour la première fois au Roi d’attaquer avec des rapprocheurs, puis commander le plus abouti des équipages que la France ait connu.


Cet ouvrage a reçu le Prix Cygénética  Connaissance de la chasse 2018

"Ainsi la carrière de d'Yauville fut-elle le produit d'un dévouement sans borne, au service d'une passion, également sans borne, d'un Roi."

 

PHILIPPE DULAC